Parlez-vous Twitter ?


Ça fait quelque temps que je suis intimement convaincue que les nouveaux supports d’écriture, tels que le blog ou Twitter, induisent de fait une nouvelle forme d’écriture. Il s’agit non pas d’ouvrir un blog ou un compte pour faire « fun » mais bien de proposer aux élèves une nouvelle approche de l’emploi des mots dans une communication réelle, grande nouveauté pour les profs de français que nous sommes (adieu la lettre faussement adressée à un destinataire fictif au point d’être néant). J’ai déjà écrit des petits trucs à propos de la publication sur un blog. A présent, c’est Twitter qui m’intéresse, stimulée que je suis par les travaux de @mapav8 et de @chrism.

Première idée à consigner : alors que les tweets doivent être écrits en à peine moins de caractères qu’un SMS (140 contre 160), ils donnent lieu non pas à un appauvrissement de la langue et de l’énoncé (T où / Ta acheté le pain) mais à une multiplication et à une densification de l’énoncé. Multiplication d’abord, parce que tout peut être tweeté : du bonjour matinal et de la couleur du ciel au lien vers le site à explorer en passant par un partage de ressources et de réflexions. Ce qui m’intéresse particulièrement (et je suis @chrism ici) c’est la possibilité grâce à l’outil d’écrire sous forme d’aphorismes. Ma phrase qui me passe par la tête devient une fois dûment tweetée aphorisme. Outil magique, mieux qu’une baguette qui trans-forme ma phrase en twittérature.

Deuxième idée : en même temps que l’énoncé se dit, il est commenté. Mieux qu’une autobiographie, au moment où je gazouille, je commente mon propre énoncé et déploie ainsi ses propositions de lectures grâce à l’emploi de #. Ainsi, j’aime particulièrement inventer des mots phrases qui constituent presque l’essentiel du tweet. #JessaieD’êtreClaire

Troisième constatation : pouvoir tweeter et lire les tweets de catégories sociales avec lesquelles je n’aurais jamais pu entrer autrement en relation. Alors là, ça devient passionnant. C’est la Comédie Humaine rêvée qui vient à moi. Cette polyphonie des lectures est à mon sens ce qui rend twitter si passionnant. Ecrire pour une « mum » à Londres comme pour un agriculteur dans le 02, voilà aussi une grande nouveauté permise par l’outil.

Ainsi, je propose en toute modestie de modifier quelque peu le titre de l’objet d’étude que nous avons au lycée : « Écrire, publier, lire », j’ajouterai « Écrire », et hop ça repart. La littérature numérique n’est pas du papier numérisé, c’est une nouvelle forme d’écriture, de lecture, d’écriture, de lecture, d’écriture…

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Parlez-vous Twitter ?

  1. très joli billet, hé oui, bien sûr le hashtag comme commentaire méta, la diversité sociale – aphorisme, aphorisation – hop, je te mets illico dans ma biblio

  2. Serge Pouts-Lajus dit :

    D’accord avec vos deux premiers constats mais pas avec le troisième.
    On tweete au sein d’une catégorie sociale et professionnelle assez étroite, peut-être même très étroite. C’est évidemment difficile à démontrer. Disons qu’il suffit de lire les tweets pour constater que le niveau de langage et le plaisir de jouer avec la langue qui sont consubstantiels à Tweeter comme le signalent très justement vos deux premiers constats ne se trouvent pas également distribués dans toutes les catégories de la société.

    • drmlj dit :

      Je suis effectivement d’accord avec vous, cependant je n’aurais jamais eu l’occasion de discuter avec un agriculteur ou un prof de fac ou un docteur, même si nous appartenons tous à une certaine catégorie de locuteurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s