D’où vient cette idée d’identité numérique ?


J’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois @chrism, notamment à Intertice où elle a animé un atelier sur cette question. Tout est là : educnet.

Alors, j’ai regardé sur 123 people qui j’étais d’après internet. Et là, surprise ! J’étais moi, mais diffractée :

– un moi personnel d’abord, avec le lien vers un blog d’écriture que je partage avec l’écrivaine Julia Billet, grande amie s’il en est : Mots de suspension. (entre parenthèses, le projet n’a pas abouti et vogue sur les vagues de la toile, j’aime assez cette idée).

– un moi personnel encore avec mes premières chroniques sur LeLittéraire.com (là  encore, j’ai du retard !).

– un moi prof, alors plein de blogs, trop de blogs ! à chercher sur la toile !

– deux sites google, juste pour voir (je ne mets pas les adresses, encore un truc « en construction »).

– un moi que je tendrais plutôt à pas trop diffuser, mais bon : collaboration au manuel numérique de Français 5ème chez B.

– le blog dont je suis très fière, celui qui prépare nos élèves à Sciences Po (dans le cadre de la CEP), sciencespo(urquoi pas moi)

– si je tape mes prénom et nom dans google, apparaît encore (en tête)

* ma page sur le site collaboratif de CM « Education Media Internet », mais alors là, vraiment j’ai honte ! le rien ! et ce rien occupe de la place sur internet et renseigne quand même sur moi !

* ma page netvibes (j’en suis très fière aussi, pardi)

– et puis, désintégration du moi-moi en plusieurs delphine regnard, ce qui, pour le coup, me plaît bien ! une solution radicale ! ainsi, toutes les photos ne me concernent pas, ni les profils facebook proposés (je préfère mon image à celles des autres !!).

– et puis on finit par trouver aussi des articles sur La Page des Lettres de Versailles.

Conclusion ?

A me regarder sur internet, je me rends compte que j’expérimente plein de choses mais qu’il est bien dur de tout tenir, mais peu importe finalement. Je me rends compte des traces laissées, qui me correspondent et finissent par dessiner un contour.

J’aime assez ce moi numérique, malgré moi !

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s